Compte-rendu de la réunion ENSTA BA&E du 2/04/2015

Administratif

L’assemblée générale est programmée pour le 29 juin à 16 h.

o   Elle peut se dérouler à l’ENSTA Paristech comme à la maison des X

o   Y inviter et inviter quelques sympathisants et Alumnis.

  • Adoption d’une cotisation annuelle fixée pour 2015 à 50 € (Revoir ou préciser les statuts, en ce sens)
  • Catherine DELCROIX propose une nouvelle présentation de nos activités, qui est adoptée
  • Préparer un appel à cotisation 2015 (qui comprendra l’appel à cotisations lui-même, la présentation et le rappel de la procédure Login/password pour les adhérents)
  • Un « teaser «  sera envoyé à nos sympathisants sur des bases edulcorées.
  • Mettre en ligne les statuts et les montants des droits d’entrée  et cotisations
  • Elaborer un semblant de budget, ou à minima écrire à quoi nous allons utiliser les fonds reçus
  • Réfléchir à la diffusion « restreinte » et protégée de la liste des adhérents (avec leur accord)
  • Etc…

Point de situation

  • Nous avons quatorze adhérents et en compte courant environ 700 €
  • Le site est l’une des sources (très relative) d’attraction
  • L’autre source prédominante est l’activité soutenue par l’UAE (Didier LEBERT et Celia Zyla) qui s’appuyant à leur tour sur la dynamique en vogue sur le plateau de PALAISEAU SACLAY :

o    5 Janvier : journée « pitch » à l’ENSTA en conjonction avec START IN SACLAY

o   17 février : KITE à l’ENSTA

o   5 mars : ENSTA entreprenariat en conjonction avec le PEIPS (Pôle Entrepreneuriat Innovation Paris Saclay)

o   26 Mars Mini JET

  • Cet enthousiasme est partagé par de nombreuses autres initiatives :

o   Opticsvalley

o   Proto 204

o   PEIPS

o   Start in Saclay

o   Etc….

  • Ce qui rend la situation difficile à gérer pour différentes raisons

o   Très grandes différences dans les maturités des projets, ce qui supposerait de gros effectifs d’assistance au développement

o   Faiblesses sur certains aspects des projets

o    Objectifs  pas encore définis de  ces promoteurs

o   Il faut donc adopter une méthodologie plus rigoureuse, dans l’écoute des projets Catherine Delcroix va nous proposer une méthodologie

  • Ne s’intéresser qu’aux projets dont les créateurs envisagent à terme connu la création de société. Et / ou ont terminé leurs cursus scolaire
  • Toutefois, continuer à participer à des jurys ou des séances de formation

 

o   En conclusion, ces remarques sont partagées par nos collègues de l’X, et une bonne collaboration s’est instaurée avec Gérard CACHIER : très gros travail, pour lequel BADGE accepte de laisser assister  quelques animateurs aux tenues plénières de BADGE

  • Le 14Avril a assisté ZINED ABDALLAOUI déléguée ENSTA et relations publiques de START IN SACLAY

 

  • En résumé côté créateurs il y a abondance en nombre, et la qualité viendra autant que nous parviendrons à des initiatives convergentes. Dans toutes ces démarches, nous avons été soutenus par Jacques-Charles FLANDIN et Gérard CACHIER de BADGE

o   Envisager la création d’un fichier créateur, avec coordonnées afin d’entretenir un réseau création.

o   Porter un effort particulier  sur les chercheurs et enseignants toujours hors de notre portée. (Cotisation préférentielle, invitation à des plénières ??)

 

 

  • Côté investisseurs et/ou entrepreneurs l’enthousiasme est moins patent. Pour améliorer les adhésions plusieurs possibilités

 

o   Toutes les assemblées plénières BADGE pourraient être diffusées en streaming ; ce qui permettrait d’attirer nos camarades provinciaux

o   Sur ma suggestion, BADGE étudie l’opportunité d’offrir une cotisation d’appel (80 à 120 €) pour les nouveaux entrants pour leur première année (membre actif à part entière).

o   Création d’évènements

o   Etude des avantages procurés par des abonnements à TWITTER,  ou PREMIUM à LinkedIn ou VIADEO.

o   Les autres écoles ont des

o   Etc…

 

  • En interne à ENSTA, où nous sommes désormais 4 à 5 investisseurs, échanger sur les projets qui nous intéressent, et mener, si possible, des actions concertées. 

 

  • Autres points d’intendance

o   David Bonnefoy est canadien

Campagne de levée de fond pour la restauration d’un slipway

Notre camarade Jacques FAILLY, à la tête de son groupe FIPAM lance une campagne de levée de fond par Crowdfunding sur la plateforme LENDOPOLIS.

 

IL s’agit d’un emprunt de 100 000 Euros sur 48 mois rémunéré à 8% destiné à restaurer un slipway au Trait (76), géré par la filiale de FIPAM : Arno Normandie

 

Le projet est décrit en détail  sur le site de la plateforme.

 

Nous sollicitons notre communauté pour participer au développement d’Arno-Normandie en prenant part à cette campagne de financement participatif d’une durée de 30 jours.

Le principe est simple : un particulier finance un projet via le versement d’une somme d’argent (entre 20€ et 1000€). L’investissement est un prêt rémunéré à un taux brut de 8% fixé par les analystes financiers de LENDOPOLIS.

Le remboursement de cette somme s’échelonnera sur 48 mois par versement d’une mensualité fixe.

Le prêt ne sera alloué que lorsque la somme demandée sera atteinte.

Vous retrouverez le détail de notre projet de développement et la collecte en cliquant sur le lien : https://www.lendopolis.com/project/cale-de-mise-a-sec-de-bateaux

Information BADGE: Nouvelle SIBA BADGE 2015

 

Investissez via notre Société d’Investissement de Business Angels

Une nouvelle SIBA, BADGE 2015, a été créé, à l’image des précédentes, avec la volonté d’offrir aux investisseurs privés membres des « Business Angels des Grandes Ecoles », un véhicule financier qui leur permette d’investir dans des PME innovantes, en mutualisant les risques de leur investissement et en bénéficiant des avantages du regroupement (expertise partagée des membres). 

L’objectif de la société est d’investir dès les premiers tours dans des entreprises innovantes à fort potentiel puis d’accompagner activement ces entreprises dans leur développement.

 

 

Pourquoi créer une nouvelle SIBA?

- Les 3 SIBAs créées en 2009, 2010 et 2013 sont arrivées au terme de leur activité d’investissement

- La règlementation fiscale a encore considérablement évolué

- C’est une SIBA fermée : Il faut être « membre actif » de BADGE pour pouvoir souscrire

- C’est une SIBA suiveuse : elle n’investira que dans des dossiers où des membres de BADGE auront investi

- Les investissements faits dans la SIBA seront éligibles aux défiscalisations ISF et IRPP

 

 

Les 5 bonnes raisons de souscrire à une SIBA :

- Certains adhérents participent peu faute de temps et/ou manque d’expérience

- Certains adhérents souhaitent réduire leur risque en mutualisant leurs apports

- Les adhérents expérimentés souhaitent compléter et/ou diversifier leur portefeuille

- Il n’est pas facile de compléter les tours de table faute de moyens suffisants

- Les montants recherchés pour les seconds tours sont hors de portée du réseau

 

 

Souscrivez dès maintenant à BADGE 2015

En savoir plus

Vers une fusion de haut niveau entre l’ENSTA ParisTech et l’Ecole Polytechnique?

Approbation du projet d’association entre l’ENSTA ParisTech et l’École polytechnique

Le projet de convention d’association entre l’ENSTA ParisTech et l’École polytechnique a été approuvé à l’unanimité lors du Conseil d’administration de l’ENSTA ParisTech du 26 mars 2015 et du Conseil d’administration de l’École polytechnique du 2 avril 2015.

Ce rapprochement institutionnel entre l’École polytechnique et l’ENSTA ParisTech, initié par le Ministère de la Défense, tutelle des deux Écoles, ambitionne de construire un ensemble cohérent en enseignement, en recherche et en fonctionnement. Il permet aux deux établissements qui conservent leur autonomie juridique, de s’associer en valorisant les positionnements spécifiques de chacun, dans une approche créatrice de valeur. Résultat d’une implication forte des deux établissements et d’une large concertation interne, ce rapprochement structurant s’inscrit dans le cadre de l’Université Paris-Saclay, dont les deux Écoles sont membres fondateurs.

La convention d’association précise les conditions dans lesquelles les deux Écoles définissent et mettent en œuvre une stratégie commune qui contribue à leur performance. Sans remettre en cause les dispositions actuelles de gouvernance, il sera ainsi créé un comité de pilotage et un comité stratégique de l’association. Ces comités seront les garants du suivi et de la mise en œuvre des actions communes qui seront décidées en matière de formation, de recherche et de développement économique et international :

En formation, un accent fort sera mis sur le développement de doubles-diplômes entre les deux établissements. Les Écoles créeront des formations diplômantes communes préparant aux métiers du transport, de l’énergie et des systèmes complexes, notamment pour les systèmes de défense.

En recherche, des laboratoires communs existent déjà en optique appliquée et en chimie organique. Des équipes communes seront créées en robotique et en ingénierie des systèmes. En mécanique, un regroupement géographique au sein d’un bâtiment dédié à la formation et à la recherche dans ce domaine est envisagé.

Les deux Écoles pourront ainsi faire des offres optimisées basées sur l’ensemble des compétences, soit pour des propositions de recherche partenariale, soit pour des propositions de chaires avec les entreprises.

En matière de valorisation des résultats et de gestion de la propriété intellectuelle, l’École polytechnique et l’ENSTA ParisTech s’appuieront sur une plateforme mutualisée dont le socle est aujourd’hui constitué par le Service de la Recherche Partenariale et Propriété Intellectuelle de l’École polytechnique.

Enfin à l’international, les actions structurantes communes se déclineront en termes de recrutement international, de mobilité sortante et plus largement de mise en visibilité à l’international des deux établissements.

Cette association se concrétisera avec la publication d’un décret qui est envisagé pour début 2016.